Projets soutenus par la Fondation

Yumé, Drame lyrique et musical d’après la pièce de théâtre Nô « Matsukaze »

Ensemble Polychronie - Opéra

Maison de la culture du Japon à Paris - vendredi 3 et samedi 4 octobre 2014
Opéra de reims - 07 novembre 2014

Yumé , le songe, est l’histoire d’une passion amoureuse impossible. Deux pauvres filles de pêcheur, Matsukaze (littéralement : le vin dans les pins) et Murasame, s’eprènent du prince Yukihira exilé sur leur île. Plus tard, abandonnées, elles tentent de se suicider quand Matsukaze voit dans le pin, au loin, l’image de l’être aimé.

Un homme, errant sur la plage de Suma, entend soudain des gémissements émanant d’un pin. Ce sont les spectres de deux soeurs, Matsukazé et Murasamé, qui pleurent leur amour perdu. Elles ont été abandonnées par le conseiller impérial Yukihira qui avait passé trois ans en exil dans ce lieu. Attendant en vain le retour de l’être aimé, leur insoutenable douleur les conduit toutes deux à la folie.

Inspiré par la pièce de Nô « Matsukazé » de Kan-ami au 14ème siècle, Jacques Keriguy (auteur de La Jonque cathédrale et de L’Agonie, ouvragespubliés aux éditions du Seuil) a écrit le livret de cet opéra lyrique à l’intention de l’Ensemble Polychronies, dont les activités sont basées à Toulon, et s’est adressé à une compositrice japonaise, Kazuko Narita, avec laquelle il était en relation depuis longtemps dans cette optique, pour créer la musique. Mis en scène par Yoshi Oïda, ce spectacle rassemble Mitsuka Yoshida, marionnettiste otome-bunraku, Dominique Visse (baryton, contre-ténor), la danseuse Kaori Ito et Masaki Nakata, chef d’orchestre.

Alors que la tragédie occidentale dépeint des individualités contenues dans un lieu et un espace temporels, le Nô montre des personnages qui se fondent dans un infini où le temps et l’espace ont été concentrés, et qui s’enveloppent dans l’éternel. Dans Matsukazé, le processus d’éveil de l’amour, de son essor, de son déclin et de sa disparition coïncide avec le printemps, l’été, l’automne et l’hiver et, dans un contact permanent avec la nature, fait glisser personnages et spectateurs dans un monde où l’homme en vient à s’intégrer à l’univers tout entier.  

Si cette oeuvre fait intervenir des artistes japonais pour la composition, la mise en scène, la manipulation des marionnettes, la danse et la direction d’orchestre, le livret, les chants et les interprétations ont été confiés à des artistes étrangers, principalement français, et ce sont donc des personnes originaires de pays très éloignés de la culture dont Matsukazé est issu qui participent à cette manifestation. Ce drame lyrique a une résonance particulière, née de la confrontation de sensibilités diverses, et provoquera sans aucun doute des émotions intenses, venues jaillir du centre de l’espace.  
 
La création de Yumé aura lieu pendant le Festival d’Île de France, à la Maison de la culture du Japon à Paris, les vendredi 3 et samedi 4 octobre à 20h.

Le vendredi 7 novembre, Yumé sera donné à l’Opéra de Reims, à 20h30

Coproduction Opéra de Reims, Polychronies, Festival d’Ile-de-France, Césaré Centre national de Création Musicale
 

En partenariat avec La Maison de la Culture du Japon à Paris, La Ferme de Villefavard.

Avec le soutien de La Fondation du Japon, L’association Beaumarchais-SACD, Le Conseil artistique à la création de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, La SPEDIDAM.

Avec l’aide d’Arcadi Île-de-France / Dispositif d’accompagnements.

Supported by The Japan Foundation through the Performing Arts JAPAN program

Remerciements au CND (Centre National de la Danse), Théâtre des Bouffes du Nord.

Partager cet article

Inscrivez-vous à notre lettre d’information