Projets soutenus par la Fondation

Soutien à l’édition du catalogue d’exposition « Jizô, divinité japonaise »

Galerie Talmart - du 1er juin au 7 juillet 2012

A l’occasion de l’exposition des œuvres de Jean-Marc Forax sur les Jizo, les éditions Talmart publient dans la collection [mnêma], les œuvres du plasticien, accompagnées d’un texte de François Lachaud, spécialiste du bouddhisme et du Japon.

Les Jizo sont des divinités qui, en maintenant le lien entre les défunts et leurs descendants, en veillant sur l’éducation des enfants, participent à l’unité de la cellule familiale. Ce sont aujourd’hui des figures importantes dans le panthéon bouddhique japonais. On le trouve souvent sous forme de petite statuette aux jonctions des routes.

Ce sont toutes ces petites sculptures qui ont inspiré la démarche artistique de Jean-Marc Forax.

Ce livre-catalogue, tout en présentant les œuvres originales de l’artiste, invite à la réflexion. En effet, les dessins de Jean-Marc Forax, d’une grande sensibilité, touchent l’observateur et gardent intacte la dimension de culte qui leur fait sens. Le texte de François Lachaud met en perspective et propose au lecteur un regard à la fois érudit et sensible.

« Toute personne familière du Japon a pu découvrir une divinité à nulle autre pareille par sa récurrence, connue dans le panthéon bouddhique japonais sous le nom de Jizo.

Il est parmi tous les sauveurs, intercesseurs et bienfaiteurs que les Japonais célèbrent, un cas à part. Ce sauveur aux traits si humains agit en tout lieu et il s’est, au fil des siècles, surtout dévoué à sauver les enfants injustement punis… la beauté des dessins de Jean-Marc Forax tient en ce fragile équilibre entre la tradition extrême-orientale de représentation de Jizô et le travail patient d’interprétation d’un artiste occidental. »
François Lachaud

Les éditions Talmart ont été fondées en 1981 par Loris Talmart, musicien et compositeur interprété, entre autres, par l’orchestre Pasdeloup et France Clidat. L’un de leur plus grand succès est le livre Le Rap ou la fureur de dire écrit par Georges Lapassade et Philippe Rousselot. Marc Monsallier a repris l’activité éditoriale à la mort de Loris Talmart. En 2007, les Editions Talmart s’ouvrent à l’art contemporain en créant la galerie éponyme et une collection intitulée [mnêma] dont l’ambition est de présenter un ensemble de travaux artistiques contemporains cohérents, sur un thème précis, en associant un auteur et un artiste plasticien.

L’artiste, Jean-Marc Forax, né en 1984, est diplômé des Beaux-Arts de Paris et titulaire d’une licence de japonais. Il expose dans divers lieux tels que le 104, la Galerie Immix, la Foire internationale du dessin. La prochaine exposition est prévue au Musée des Arts et Métiers. Au centre de son questionnement artistique, il y a la représentation, le rapport entre une image fixe et celle animée, vivante, réelle ; et au-delà, la représentation dans sa relation avec la mort et le sacré.

L’auteur, François Lachaud est professeur à l’Ecole pratique des hautes études (EPHE). Il publie son premier ouvrage sur les représentations du corps féminin et de la sexualité dans le bouddhisme japonais (La jeune fille et la mort, IHEJ, 2006). Depuis plusieurs années, il étudie le rôle du bouddhisme zen dans la culture lettrée et les arts de l’époque d’Edo (1603-1867). Ses récents travaux et ses séminaires ont porté sur l’histoire des « arts du thé » au Japon et en Chine. Ses recherches actuelles traitent également des relations entre mélancolie et civilisation urbaine depuis la fin de l’époque Edo aux années 1940. Depuis juillet 2011, il est le Smithsonian Senior History of Art Fellow affecté à la Freer Gallery of Art et à l’Arthur M. Sackler Gallery. Il est également membre du conseil de la Société Asiatique et de la Samuel Beckett Society.
 

Partager cet article

Inscrivez-vous à notre lettre d’information