Projets soutenus par la Fondation

Parution du livre « Le monde des êtres vivants » de Kinji IMANISHI

Editions Wildproject

Le monde des êtres vivants (Seibutsu no Sekai)
Une théorie écologique de l’évolution

Préface de Hiroyuki TAKASAKI
Introduction de Pamela ASQUITH
Postface de Baptiste LANASPEZE
Traduit du japonais par Anne-Yvonne GOUZARD

« Kinji IMANISHI est le Stephen Jay Gould japonais » Frans de Waal, primatologue 

Entre science et philosophie, entre écologie et éthologie, ce petit livre hors norme pose les bases d’une nouvelle science de la vie et d’une nouvelle conception de l’évolution.

A la fin des années 1930, un jeune écologue japonais, craignant de voir ses recherches définitivement interrompues par l’entrée en guerre du Japon, décide de consigner dans un cahier d’écolier les principes et intuitions qui ont jusque là guidé son travail. Ce qui devait être un testament intellectuel constituera finalement la naissance d’une des figures les scientifiques les plus marquantes du XXème siècle japonais. Le petit cahier d’écolier est devenu un classique intemporel.

Contre une vision réductrice de l’évolution, mécaniquement réglée par la concurrence et la sélection naturelle, Imanishi propose une synthèse nouvelle et unifiée du tableau de la nature, de la biologie cellulaire à l’évolution, en passant par l’éthologie.

Pour tous les amoureux de la nature, un livre de pensée, de connaissance et de sagesse.

Kinji IMANISHI (1902 – 1992), écologue et anthropologue, est un pionnier mondial de l’écologie, et le fondateur de la primatologie. Disciple de Nishida de l’école de Kyôto, il prolonge son projet de synthèse entre la science occidentale et l’éthique orientale. Alpiniste chevronné, il est le plus célèbre naturaliste japonais du XXème siècle.

Partager cet article

Inscrivez-vous à notre lettre d’information